BILLETS ABONNEMENTS
100 ans Opéra National de Lorraine
Opéra National de Lorraine
Opéra du 23 juin au 02 juillet 2019 | Opéra national de Lorraine

Madama Butterfly


Giacomo Puccini

à propos

Une jeune et naïve japonaise est tour à tour séduite puis abandonnée par un officier américain indifférent… L’histoire bouleversante d’une jeune Geisha au début du XXe siècle.

infos pratiques

Opéra en trois actes
Livret de Luigi Illica et Giuseppe Giacosa
Créé au Teatro alla Scala de Milan le 17 février 1904

Ouvrage chanté en italien, surtitré
Durée de l'ouvrage : 2h20 + entracte

 

Direction musicale : Modestas Pitrėnas
Mise en scène : Emmanuelle Bastet

Scénographie : Tim Northam
Costumes : Véronique Seymat
Lumières : Bernd Purkrabek

Madame Butterfly (Cio-Cio-San) : Sunyoung Seo
F. B Pinkerton : Edgaras Montvidas
Suzuki : Cornelia Oncioiu
Sharpless : Alessandro Luongo
Goro : Grégory Bonfatti
Prince Yamadori : Philippe-Nicolas Martin
Oncle Bonze : Nika Guliashvili
Kate Pinkerton : Julie Prola
Commissaire imperial : Gilen Goicoechea

Chœur de l’Opéra national de Lorraine, direction Merion Powell
Orchestre symphonique et lyrique de Nancy

 

Nouvelle production

horaires et tarifs

23 et 30 juin 2019 à 15h
25 et 27 juin 2019 à 20h
2 juillet 2019 à 20h

 

  INDIVIDUEL GROUPE TARIF RÉDUIT -12 ANS PASS JEUNES OPÉRA
cat. A 75€ 68€ 60€ 10€ 38€
cat. B 50€ 45€ 40€ 10€ 25€
cat. C 35€ 32€ 28€ 10€ 18€
cat. D 20€ 18€ 16€ 10€ 10€
cat. E 10€ 9€ 8€ 10€ 5€

 

Tarif dernière minute : 8€ la place à l’Opéra, quelle que soit la catégorie, pour les -26 ans, les étudiants, les demandeurs d’emploi, les bénéficiaires de la C.M.U et les porteurs de carte d’invalidité. Dans la limite des places disponibles.

 

TARIF RÉDUIT ET GROUPES

l'histoire

Cet opéra est inspiré d’une histoire vraie, celle d’une jeune fille de maison de thé, appelée Chō-san, ou Miss Butterfly, et qui vivait à Nagasaki en 1892.

La première à la Scala en 1904 fut un fiasco retentissant au point où Puccini parla de lynchage. Les spectateurs allèrent jusqu’à imiter la basse cour lors du champs des oiseaux. La rumeur court encore qu’une claque aurait été organisée par quelque ennemi de Puccini et de son éditeur. Meurtri, Puccini travaillera sur une nouvelle version présentée trois mois plus tard qui, elle, fut un triomphe. Malgré cela, le compositeur améliorera son opéra trois ans durant. Madame Butterfly est ce que l’on appelle une opus in fieri (une œuvre en devenir). Il faudra attendre 2016 pour que la version originale soit redonnée à la Scala et se termine cette fois par 14 minutes de standing ovation

Si Madama Butterfly est l’un des cinq opéra les plus joués au XXe siècle, aucune représentation ne fut donnée aux Etats-Unis durant la Seconde Guerre mondiale. Les programmateurs jugeant cet opéra trop négatif pour l’image du pays en pleine guerre contre le Japon.

« Je ne suis pas fait pour les actions héroïques. J'aime les êtres qui ont un cœur comme le nôtre, qui sont faits d'espérances et d'illusions, qui ont des élans de joie et des heures de mélancolie, qui pleurent sans hurler et souffrent avec une amertume tout intérieure.» Puccini

Conçu comme un même grand air, cet opéra est d’une rare modernité. La partition est tissée de nuances orchestrales qui recréent la musique japonaise en utilisant les sonorités nouvelles des bois, des cloches et des gongs.

Des mots, des mots, toujours des mots, encore des mots…

Quand de son brillant fond de laque…se détache ce petit papillon » qui « voltige et se pose avec une telle grâce silencieuse », « une fureur de le poursuivre m’assaille, quand bien même je devrais lui briser les ailes ». Pinkerton parlant de Butterfly.

 

« Celui qui ne peut vivre dans l’honneur meurt avec honneur. » est la phrase gravée sur le couteau avec lequel Madame Butterfly se donne la mort.

aller plus loin
Récital

Une heure avec

Philippe-Nicolas Martin

28 juin 2019 à 18:30

Opéra