Le Chœur

© Arno Paul

Nos artistes du chœur chantent régulièrement sur les spectacles de l’opéra, et quelques fois lors de concerts symphoniques. Parmi les tessitures, des sopranes et des alti pour les femmes, et des ténors et basses pour les hommes !

Costumes, maquillages, perruques : nos artistes du chœur ne sont pas seulement chanteurs, ils sont aussi acteurs, car à chaque spectacle ils doivent s’adapter à la mise en scène. Ils incarnent le plus souvent la foule, le peuple, les invités, etc.

Histoire du Chœur

Le Chœur de l’Opéra national de Lorraine, dirigé depuis 2001 par Merion Powell, compte 28 chanteurs professionnels permanents, de plus de dix nationalités différentes !
Il s’illustre dans des répertoires sacrés et profanes, dans des productions de musique classique, opéra, opérette, mais aussi en musique du monde. Le Chœur travaille aux côtés de grands metteurs en scène comme Martinelli, Kokkos, Berutti ou Savary et de chefs prestigieux (Kontarsky, Weise, Valcuha, Karabits…).
Le Chœur est modulable selon les projets. Il collabore avec de grands ensembles tels que l’Orchestre de l’Opéra national de Lorraine. Il s’adapte également à de plus petites formations, comme avec le groupe Tsiganisky lors d’un concert en avril 2012 à Nancy.
A l’occasion des Noces de Stravinsky, le Chœur a accompagné le CCN - Ballet de Lorraine à Nancy et au Théâtre du Châtelet à Paris. Il s’associe avec d’autres chœurs, par exemple avec celui de l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole, en mars 2012 à Metz pour Le Miroir de Jésus de Caplet ou encore celui de l’Opéra de Dijon en octobre 2020 pour Görge le rêveur. On a pu l’entendre aussi dans d’autres productions lyriques à Caen, Toulon, Rennes, Bordeaux ou Montpellier.

Guillaume Fauchère, chef de chœur

Chef de chœur et chef d’orchestre français, Guillaume Fauchère est actuellement à la tête du Chœur de l’Opéra national de Lorraine qu’il a dirigé pour la première fois en 2020 en tant que chef invité. Il a travaillé avec de nombreux ensembles et collaboré avec des musiciens de renommée internationale à Vienne pendant près de 10 ans. Il s’est fait remarquer en 2011 à ses débuts dans la fosse d’orchestre du Théâtre du château de Schönbrunn pour sa direction précise et pertinente de l’oratorio Susanna de Haendel, qui fût mis en scène à la manière d’un opéra. Musicien et musicologue passionné par l’Histoire et la Philosophie, ses recherches lui ont permis de donner une dimension intense et profonde à ses interprétations qui ont été saluées par la critique (Österreich 1, Wiener Zeitung, Die Presse).
Après des études en France de percussion, piano, direction de chœur et musicologie, Guillaume Fauchère intègre en 2009 la prestigieuse Université de musique et d’art dramatique de Vienne (MDW) et obtient son Master de direction d’orchestre en se produisant avec le Wiener Kammerorchester à la Maison de la Radio. De 2007 à 2014, il chante au sein du chœur Arnold Schönberg avec qui il se produit entre autres au Festival de Salzbourg, à Aix-en-Provence, au Teatro Real de Madrid et à la Salle Pleyel sous la direction de chefs tels que Claudio Abbado, Pierre Boulez, Simon Rattle, René Jacobs ou Nikolaus Harnoncourt. Dans le cadre de ses activités de chef de chœur, il est régulièrement demandé pour sa connaissance du répertoire a cappella, sa capacité à créer une entité sonore particulièrement homogène et expressive. En complément, il travaille avec plusieurs ensembles de musique ancienne. Il dirige un vaste répertoire sur instruments d’époque, notamment l’Oratorio de Noël de Bach, Didon et Enée de Purcell, la Messe Nelson de Haydn. Il dirige aussi le répertoire lyrique où il se distingue lors d’une tournée en Allemagne avec la très romantique opérette viennoise Comtesse Maritza d’Emmerich Kálmán. À son actif on compte également des créations contemporaines et des œuvres post-romantiques. Il dirige la création d’un opéra biblique de Wolfram Wagner pour le festival 2019 de musique sacrée de Retz en Basse-Autriche et la même année la Première symphonie de Mahler, dite « Titan », avec le Tonkünstler-Orchester, un des quatre grands orchestres autrichiens.
Directeur artistique de l’Ensemble Éclats de France, dont il est fondateur à Vienne en 2013, il fait découvrir des œuvres baroques peu jouées de Du Mont, Brossard, Rebel, Charpentier et Lully. Avec cet ensemble, il développera intimement son approche stylistique de la langue française à travers les chefs-d’œuvre de Poulenc, Debussy, Ravel, Duruflé ou encore Philippe Hersant.
Parallèlement à ses activités nancéiennes, on pourra le voir diriger Le Messie de Haendel à Vienne et La Veuve joyeuse de Franz Lehár en Allemagne la saison suivante.

Et aussi

Cookies

En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus