Opéra

La
Traviata

Verdi

25 juin – 04 juil 2023

- Tout Paris est une fête. C'est le Carnaval…
- Mais dans cette liesse générale, combien de malheureux souffrent !

La Traviata

Le prélude de La Traviata donne à entendre une pulsation sourde, discrète, comme le rythme secret d’un cœur qui aurait du mal à battre. Ce cœur, c’est peut-être celui de Violetta Valéry. Lorsque le rideau se lève, elle sait qu’elle va mourir, condamnée par la phtisie. Elle a choisi de se perdre dans un tourbillon de fêtes frivoles et de plaisirs sans lendemain. Sa rencontre avec Alfredo, jeune homme idéaliste et amoureux, va la troubler jusqu’à la convaincre de donner une dernière chance à l’amour.

On retrouve dans le portrait de cette courtisane - adaptation de La Dame aux camélias d'Alexandre Dumas fils - tout l’humanisme de Verdi. Également certaines de ses plus déchirantes pages de chant. On a coutume de dire qu’il faudrait plusieurs voix pour chanter Violetta. Parce que la traviata - littéralement, la dévoyée - a plusieurs vies : il y a les feux d’artifices vocaux qui tourbillonnent à l’acte I, il y a la quiétude profonde d’une vie retirée à la campagne à l’acte II, il y a le sacrifice, la maladie, la joie et puis la mort finale…

La Traviata dresse également un portrait au vitriol de son temps : si Violetta place l’amour plus haut que tout, au point de se sacrifier pour sauver l’honneur des Germont, son sacrifice ne rend que plus criant l’hypocrisie et la bassesse de la bourgeoisie matérialiste. C’est que l’époque de La Traviata a vu s’éteindre les révolutions de 1848. La société que décrit Verdi vit désormais sous surveillance, de menus plaisirs et de grandes fêtes tristes… Sans doute le chant de Violetta était-il trop libre et trop brûlant pour ce monde trop étroit : elle devait le payer de sa vie.

Cette Traviata marque la reprise d’une production qui a fait date : la mise en scène de Jean-François Sivadier, créée au Festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence en 2011. Dans cette version, imaginée par un authentique artisan de théâtre et grand amoureux d’opéra, le destin de Violetta semble se confondre avec celui d’une interprète qui brûle sur scène ses derniers feux avant de faire ses adieux inoubliables sous une fine pluie d’or. Ce spectacle est porté par une nouvelle génération d’interprètes qui lui donnent un souffle nouveau.

La Traviata, opéra en quatre parties

Créé au Teatro La Fenice à Venise, le 6 mars 1853


Production déléguée de la reprise

Opéra national de Lorraine

Coproduction de la création

Festival International d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence, Wiener Staatsoper, Opéra de Dijon et Théâtre de Caen


Livret

Francesco Maria Piave d’après le roman La Dame aux Camélias d’Alexandre Dumas fils

Musique

Giuseppe Verdi


Direction musicale

Marta Gardolińska

Orchestre Opéra national de Lorraine

Chef de choeur

Guillaume Fauchère

Chœur de l’Opéra national de Lorraine

Assistanat à la direction musicale

William Le Sage


Mise en scène

Jean-François Sivadier

Assistanat à la mise en scène

Véronique Timsit

Scénographie

Alexandre de Dardel

Lumières

Philippe Berthomé

Costumes

Virginie Gervaise

Maquillages

Cécile Kretschmar


Violetta Valéry

Enkeleda Kamani

Flora Bervoix

Marine Chagnon

Annina

Majdouline Zerari

Alfredo Germont

Mario Rojas

Giorgio Germont

Gëzym Myshketa

Gastone, vicomte de Letorières

Grégoire Mour

Baron Douphol

Yoann Dubruque

Marquis d’Obigny

Jérémie Brocard

Doctor Grenville

Jean-Vincent Blot

Comédien

Florian Sietzen

 

Calendrier

  • Dim. 25 juin 2023
    15:00
    Opéra national de Lorraine
    Réserver
  • Mar. 27 juin 2023
    20:00
    Opéra national de Lorraine
    Réserver
  • Jeu. 29 juin 2023
    20:00
    Opéra national de Lorraine
    Réserver
  • Sam. 01 juillet 2023
    20:00
    Opéra national de Lorraine
    Réserver
  • Mar. 04 juillet 2023
    20:00
    Opéra national de Lorraine
    Réserver

Durée
2h40 avec entracte

Tarif
€ 5 - 75

Spectacle en italien, surtitré
Tout public à partir de 10 ans

Introduction au spectacle
45 minutes avant le début du spectacle (gratuit, sur présentation du billet)
Durée 20 minutes environ

La représentation du 25 juin propose un atelier du dimanche. Pour plus d'informations, cliquez ici

Et aussi

Cookies

En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. En savoir plus